143422 Et dans ces corrections de brouillons je n'aime rien tant que de constater comment à force de biffures, de ratures et de rajouts entre les lignes et dans les marges et aussi l'amalgame entre ce qui est déjà tapé et ce qui est encore manuscrit, ce mélange des formes produit souvent des feuillets, qui, à défaut d'être très bons pour ce qu'ils contiennent d'écrit, sont souvent visuellement satisfaisants, tels des lots de consolation. Et relisant les parties qui sont amplement écrites, opérant rajouts et ratures, je fais une pause: je pose de fait mon stylo. Quand je remonte, allez je peux bien vous le dire je reviens des toilettes, pour la grande commission s'entend, je trouve mon stylo dans le voisinage de sa représentation, de cette image qui le représente posé sur un feuillet antérieur sur lequel j'ai déjà fait quelques corrections. Je n'ai pas l'appareil-photo à portée de main, je recharge ses batteries, aussi je dessine à la hâte la photographie qu'il faudra prendre tout à l'heure, ce soir, en reprenant mes corrections au clavier, il me suffira de poser mon stylo, nonchalamment, d'une nonchalance toute feinte, sur cette feuille et de le prendre en photo. Ce sera une manière de mise en scène, peut-être, mais pourtant ce miracle d'imbrications, toutes proportions gardées s'entend, s'est effectivement produit, cette fois-ci, à mes dépens.

Brouillon Pause

 

 

144555 Je vide la carte mémoire de mon appareil-photo numérique, la planche-contact de toutes les photographies prises cette nuit et ce matin s'affiche : une centaine de photographies sont déjà prises, comme dans un piège, mais un piège qui se referme sur moi, son prisonnier volontiers condamné à reprendre en photo cette centaine de photographies, nouvelles photographies que je suis voué à reprendre en photo, me faisant sûrement l'effet d'une boîte de camembert qui représente un moine tenant une boîte de camembert représentant un moine tenant une boîte de camembert, et ainsi de suite, je n'insiste pas je suis sûr que désormais vous me suivez parfaitement.

Mise en abyme Photographies de photographies

 

 

145609 Un dossier intitulé "Désordre", c'est le nom de mon site internet http://www.desordre.net , il faut absolument prononcer le point entre desordre et net, au risque, sans cela, de commettre un illogisme, qui apparait dans une arborescence bien structurée de dossiers et de leurs sous-dossiers contenant autant de fichiers tous classés par ordre alphabétique, un oxymore, une journée décidément placée sous le signe de l'oxymore, auquel je ne prête plus attention. Pour ce qui est de l'Adam Project, le dossier est crée dans la rubrique "en cours" et dedans sont désormais contenues toutes les photographies de cette journée, y compris, maintenant, cette photographie qui montre le rangement de tout ceci.

Dossier Désordre Oxymore

 

 

 

 

 

 

150323 Au détour des photographies prises cette nuit et que je ne vais pas utiliser pour cette chronique du quotidien, je ne peux m'empêcher d'ouvrir cette image, de la traiter ...

Photographie

 

 

 

150523 ... et de l'installer prestement comme fond d'écran. Plaisanterie dont je suis coutumier mais qui dans le cas qui nous occupe ne fait pas avancer les choses, au contraire, bien au contraire. On ne se refait pas .

Mise en abyme


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 >21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33