Extrait de Oui
de Thomas Bernhard.



Le Suisse et sa compagne s'étaient présentés chez l'agent immobilier Moritz juste au moment où, pour la première fois, non seulement j'essayais de lui faire entrevoir, et, pour finir, de lui exposer scientifiquement, les symptômes d'altération de ma santé affective et mentale, mais où j'avais justement fait irruption chez Moritz — qui était sans doute à ce moment-là l'être dont je me sentais le plus proche — pour lui déballer tout à trac et sans le moindre ménagement la face cachée, pas seulement entamée, mais déjà totalement dévastée par la maladie, de mon existence, qu'il ne connaissait jusque-là que par une face externe pas trop irritante et donc nullement inquiétante pour lui, ne pouvant par là que l'épouvanter et le choquer, ne serait-ce que par la soudaine brutalité de l'expérience à laquelle je me livrais, du fait que cet après-midi-là, sans crier gare, je découvrais et dévoilais complètement tout ce que, en dix ans de relations et d'amitié avec lui, je lui avais caché, tout ce que, finalement, peu à peu j'avais cherché à lui dissimuler avec une ingéniosité méticuleuse et calculatrice, tout ce que, sans relâche et sans faiblesse envers moi-même, je lui avais soigneusement voilé pour qu 'il ne puisse rien découvrir de mon existence, aussi tout cela l'avait choqué au plus haut point, le Moritz, mais son épouvante n'avait en rien freiné le mécanisme maintenant impétueusement lancé de mes révélations, naturellement influencé par les conditions atmosphériques, et, peu à peu, comme si je n'avais pu faire autrement, j'avais découvert tout ce qui me concernait devant un Moritz complètement pris au dépourvu, cet après-midi-là, par mon traquenard mental, j'avais découvert tout ce qu'il y avait à découvrir, j'avais dévoilé tout ce qu'il y avait à dévoiler; pendant toute cette scène, je me tenais comme toujours à la place du coin près de la porte d'entrée, en face des deux fenêtres, dans le bureau de Moritz, que j'appelais la pièce aux classeurs, pendant que Moritz, on était déjà fin octobre, était assis en face de moi dans son paletot d'hiver gris souris ayant peut-être déjà trop bu à ce moment-là, je n'ai pas pu m'en assurer dans l'obscurité qui gagnait; je ne l'avais pas quitté un instant des yeux, et, alors que je n'avais plus mis les pieds chez Moritz depuis des semaines, alors que, depuis des semaines, je n'avais plus eu d'autre ressource que moi seul, c'est-à-dire ma tête à moi et mon corps à moi, et que j'avais passé dans la plus intense concentration à propos de tout un temps beaucoup trop long pour qu'il ne m'ait pas usé les nerfs, on aurait dit que, cet après-midi-là, résolu à tout ce dont j'espérais le salut, j'avais enfin surgi hors de ma maison humide et froide et sombre, à travers la forêt étouffante et serrée, et m'étais précipité sur Moritz, à la fois victime et sauveteur, bien décidé — je me l'étais promis pendant le trajet jusque chez lui — à ne plus le lâcher sans l'avoir accablé de mes révélations et de mes griefs à vrai dire assez déplacés, ni avant d'avoir atteint un degré tolérable de soulagement, et donc, avant de lui en avoir découvert et dévoilé le plus possible sur mon existence, que je lui avais soigneusement dissimulée pendant toutes ces années.

Auf Deutsch.