Juillet 2018
Lucien Suel
Clara Peeters
Au cinéma, "Dogman" de Matteo Garrone, se surprendre à compter les secondes entre la foudre et le tonerre, comme dans les Cévennes, et tenter de déterminer à quelle distance se trouve l'orage et s'il approche ou s'il s'éloigne, seul élément non fictif de tout le film, cet orage n'est pas feint, c'est un véritable orage
Cindy Sherman
Photographie de Camilo Leon-Quijano
En été, je reconnais parfois sur les épaules nues des femmes de mon âge de petites cicatrices d'une pratique de vaccination qui était encore de rigueur à la fin des années 60 début des septante. Et à vrai dire j'en suis parfois ému. Hier soir j'ai été pareillement sollicité de remarquer cette trace sur l'épaule nue de Hannah Schygulla dans "Les Larmes amères de Petra Von Kant". On remarque parfois de drôles de choses au cinéma.
Edouard Levé
Sculpture de Martin Bruneau
Isa Bordat
Roland Barthes : "Sade, Fourier, Loyola"
Diane Arbus
Adrien Genoudet lit "l'Etreinte"
D'après Jan Van Eyck



"J’ai toujours bien aimé disposer des choses autour de mon lit, certaines de mes photographies que j’aime bien, et d’autres images et je change tout ça chaque mois. Il se passe alors quelque chose de curieux et de subliminal. Ce n’est pas tant en le regardant, c’est plus en ne le regardant pas que ça agit sur moi d’une façon singulière". Diane Arbus
Diane Arbus