DesordreWiki

LaDebrousailleuse

PagePrincipale :: DerniersChangements :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes ec2-54-80-146-251.compute-1.amazonaws.com


La débrousailleuse, un roman pour enfants
Ce roman doit être illustré par Hanno, il s'adresse principalement aux enfants de 6-8 ans et tout particulièrement ceux d'entre eux qui ont à croiser des petits camarades autistes.

Extrait:

Émile ne faisait rien comme les autres enfants. Mais personne ne semblait jamais le lui reprocher. Les grandes personnes disaient qu'Émile avait des difficultés et qu'il fallait le laisser tranquille. Plus on laissait Émile tranquille et plus il était calme. Sans quoi il était agité et il faisait beaucoup de bêtises. D'ailleurs dans la cour de récréation on se moquait un peu de lui, on disait Tranquille Mimile.

Émile ne parlait pas beaucoup et quand il parlait, on ne comprenait pas toujours très bien ce qu'il disait. La maîtresse l’encourageait et lui demandait de faire des efforts de prononciation, alors Émile répétait, à toute allure, « prononchiachion prononchiachion prononchiachion ». Nous ça nous faisait rigoler, mais la maîtresse pas du tout. « Les autres taisez-vous ». Nous, c’étaient les autres.

Émile ne venait pas tous les jours à l’école. Souvent il allait chez le docteur et chez une autre personne. Une pchykologue, on disait. Pour se moquer d’Emile. Quand Émile n'était pas là, on avait le droit de parler de lui. De poser des questions. Et la maîtresse faisait de son mieux pour nous expliquer, mais souvent, pour seule réponse, elle répétait juste que cela faisait partie des difficultés d'Émile. Encore et toujours les difficultés d’Emile. Et qu'on ne pouvait pas y faire grand-chose.

On n'a jamais compris ce qu'Émile manigançait dans la cour de récréation. Les bras écartés, il longeait les murs et le grillage de la cour en faisant un drôle de bruit. Et quand on lui demandait à Émile ce qu'il bricolait, il ne répondait pas ou seulement qu'il avait peur du bruit ou encore de l’eau qui coule. Dans la cour de récréation, il n'y avait pourtant pas de rivière.

En classe, Émile n'était pas toujours très discipliné, il disait dichipliné. Il se levait, et marchait partout et même sur l’estrade, alors qu'on n'a pas le droit. La maîtresse ne disait jamais rien à Émile. Mais si l’un d’entre nous essayait de faire pareil, il se faisait gronder par la maîtresse. « Les autres arrêtez de glousser comme des dindes ». Alors celui qui était puni disait que ce n'était pas juste parce qu'Émile le faisait tout le temps. La maîtresse l'a grondé encore plus fort, là on ne rigolait plus du tout. On ne faisait plus les dindons. Émile, on avait l'impression qu'il ne se rendait même pas compte que l'on parlait de lui. Et puis celui qui avait imité Emile a été envoyé sur la chaise des punis, Émile est allé lui faire un câlin pour le consoler. Alors la maîtresse a levé la punition et on a tous bien rigolé. La maîtresse ne nous grondait jamais très longtemps.

Tous les mardis et tous les vendredis, une dame venait s'occuper d'Émile et l’aider à faire son travail, comme ça la maîtresse était moins obligée de surveiller les bêtises d’Émile. Nous, on pensait qu'Émile avait de la chance parce que la dame était très jolie et très gentille. Je ne crois pas qu'Émile avait de la chance. Ce n'était pas drôle tous les jours d'avoir des difficultés. Par exemple à la cantine quand Emile mangeait il ne réussissait pas à utiliser une fourchette, dans ses mains, la fourchette se transformait en catapulte et la nourriture passait par-dessus ses épaules, à la fin il engloutissait, il se faisait gronder, il étouffait et même des fois il vomissait, ça ne devait pas être drôle tous les jours d’avoir des difficultés.

Il y avait des choses qu'Émile savait faire comme personne. Des domaines dans lesquels il était imbattable. Ce n'était pas des choses très utiles, mais nous, ça nous rassurait, on se disait que les difficultés d’Émile ne l'empêchaient pas d'être sorcier. Il parvenait à empiler des tas et des tas d’objets en équilibre, les uns sur les autres et cela ne tombait jamais. Et puis il disait Patratache et tout tombait sans même qu’il y touche. Après cela il tenait absolument à ranger en ligne tous les objets qui étaient tombés. Ça prenait des heures. Et au jeu des paires ! Là il était vraiment très fort. On mélangeait bien toutes les cartes, on les retournait une seule fois, et lui était capable de nous dire toutes les paires sans les retourner, il disait très vite, Emile parlait à toute allure cha-ch’es-la-pomme, cha-ch’est- le-chapeau, cha-ch’est-le-lion, cha-ch’es-l’oie, cha-ch’est-la-fleur, cha-ch’est-le-rouge, cha-ch’est-la-boule-de-Noël, sans jamais se tromper. C'est la maîtresse qui avait apporté ce jeu, elle l'appelait le memory. Memory en anglais ça veut dire mémoire. Et pour les exercices de mémoire, Émile était chenchachionnel. La maîtresse posait sur notre table une dizaine de petits objets. On devait les regarder attentivement, et puis on fermait les yeux, la maîtresse mélangeait les objets et elle en retirait un, pendant qu’on gardait les yeux fermés, il ne fallait pas tricher sinon la maîtresse sautait notre tour. On ouvrait les yeux, et là il fallait deviner le jouet manquant. Sans se faire souffler. Avec Émile qu’il y ait dix ou cinquante objets sur la table, il ne se trompait jamais. On aurait voulu qu'il le fasse avec cent objets, mais la maîtresse, non. Elle disait qu'Émile n'était pas une bête de foire. « Les autres vous retournez à votre place ».






Je ne sais que trop l'urgence parfois de disposer d'un texte fictionnel à propos d'autisme, dans le but notamment d'expliquer aux camarades de classe neurotypiques d'un enfant autiste ce qui fait que cet enfant n'est décidément pas comme eux. A cause de cette urgence j'enfreins toutes les règles sensées de l'édition en divulgant le contenu de ce récit alors qu'il est en cours de rédaction. Pour ce faire je le place aussi sous la Licence d'Art Libre, ce qui libère son utilisation de toute contrainte de droit, vous pouvez imprimer, diffuser, et modifier ce texte, comme bon vous semble à la condition expresse que vous mentionniez à la fois le nom de son auteur et la mention copyleft. Pour plus de détails sur les termes de cette licence. Je modifierai au fur et à mesure le fichier que vous pouvez télécharger ci dessous. Attention, il est prévu que ce texte soit accompagné de dessins de mon ami Hanno, ces dessins ne seront pas placés sous la licence d'Art Libre.

Si vous vous servez de ce texte dans le contexte d'une intégration d'enfant autiste en milieu scolaire classique, soyez gentil de me donner vos impressions.






ProjetsDeRomans
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]