La Vie

La Vie reprend. Dit comme ça, ça va tout de suite mieux.

Oui, mais.

La Vie reprend sous une autre forme. Cette forme dont la programmation est encore un coup de génie de Julien est celle de l'avalanche dont j'avais décrit les premières ébauches ici dans Contre.

C'est à la fois une forme plus légère — pour moi c'est nettement moins de travail, et c'est tant mieux, tant les considérations purement matérielles qui m'avaient conduit à mettre un terme à La Vie sont en fait inchangées — et à la fois plus complexes, en grande partie parce que les images qui forment ce collage sont beaucoup moins lisibles qu'elles n'étaient dans les formes de collages précédentes. Et je vois bien comment autour de moi cela semble poser des problèmes de lecture, notamment auprès des personnes qui aimaient bien l'ancienne forme de la Vie.

En fait je rêve de cette nouvelle forme depuis assez longtemps. Cela fait quelques années en effet que je me suis dit que la forme précédente devenait une rengaine, certes elle était toujours valide et elle évoluait un peu, les grands collages de la série Hommage à Cartier Bresson — à l'intérieur de laquelle il y a des séries comme Paris - Clermont et Harvest —, renouvellaient un peu cette forme, mais dans le garage, nous étions à la limite de l'ennui, voire de la corvée certains soirs. J'ai commencé par faire quelques brouillons dans lesquels j'exprimentai avec l'opacité des calques, mais je dois dire que si cela fonctionnait une fois de temps en temps, ce n'était pas très réjouissant et on dira que je vous ai épargné cela au quotidien.

Un soir que je dînai au restaurant chinois près de chez Julien, je lui parlais d'une idée que j'avais depuis quelques temps d'une page qui serait proche de l'infini, qui reprendrait le principe des Jours sans fin, c'est-à-dire le rechargement progressif de la page avec de nouveaux éléments pendant que les précédents sont en train d'être lus, mais cette fois avec des images. Et à vrai dire je pensais à quelque chose de la sorte surtout pour la page d'accueil du Désordre qui est ce qu'elle est depuis un moment déjà, il serait temps de créer un peu de nouveautés si je veux fidéliser le lectorat.

Rentrés chez Julien, son ordinateur en bout de table d'un bon café, il n'a pas fallu très longtemps à Julien pour échaffauder une esquisse de cette idée d'avalanche d'images. Et ce qui est encore mieux que cette rapidité chez Julien c'est qu'il est capable pendant qu'il code les bases d'une nouvelle page de prêter attention au flot un peu désordre des choses auxquelles je pense dans le même temps, et au fait est-ce qu'on peut insérer une instruction dans la balise d'insertion d'une image pour faire varier son opacité?, et est-ce que tu crois que l'on peut faire en sorte que cette opacité soit déterminée au hasard?, et est-ce que tu crois que l'on pourrait faire en sorte que les images de l'avalanche se recouvrent les unes les autres?, et est-ce que tu crois que les marges de recouvrement pourraient être déterminées aléatoirement et est-ce qu'il y a des bières au frigo et où est le décapsuleur?

Ce soir-là je suis sorti de chez Julien assez tard avec quelques réglages déjà bien ébauchés, l'opacité certes déterminée aléatoirement mais entre 65 et 100%, le recouvrement, pas au delà de 50 pixels, des trucs de ce genre. Et il m'a fallu rouler très prudemment, pire que si j'avais été complétement saoul, tellement les ébauches que nous avions faites ce soir-là me donnaient le vertige, mais alors, pensais-je en conduisant prudemment, je peux entièrement refaire la page d'accueil, en fait une grande partie du site pourrait être refaite en utilisant ces scripts, je pourrais reprendre entièrement Formes d'une Guerre avec ce script, Contre aussi bien sûr, je pourrais faire une partition visuelle pour Dominique qui serait aléatoirement déterminée, je pourrais reprendre la Vie... etc.

Et donc cela fait un mois que j'apprivoise le hasard dans le garage à l'aide de ce script merveilleux de Julien.

Et donc la Vie reprend. Et ce n'est pas une triste nouvelle.

Quelques indications tout de même. Il y a une page par mois, celle de janvier reprend toutes les photographies que j'ai prises et retenues au mois de janvier, celle de février les images de février et ainsi de suite. Et une fois que vous vous serez bien esquinté les yeux sur les chroniques ivres des mois de janvier, février, mars, avril, mai et juin, vous pouvez plonger dans le grand bain, celui de toutes les images de l'année en cours. On est reparti pour dix ans. La page qui reprendra toutes les images prises pendant dix ans de 2013 à 2023 devrait être assez longue à regarder. J'espère qu'elle sera belle.

Et naturellement, je n'ai aucune idée de l'apparence des pages vers lesquelles je vous dirige qui doivent donc beaucoup au hasard, elles ne seront jamais identiques à celles de votre voisin, et même, comme chaque fois, un simple rafraîchissement de la page et c'est une nouvelle page. Vous êtes un peu habitués maintenant.