J – 177

Sur la quatrième de couverture de mon livre, doit figurer une courte biographie, cela me remplit de perplexité.

Mathieu

Me voilà rassuré.

En revanche, me voilà embarrassé: j'ai bien du mal à prendre cette question de la biographie très au sérieux et la plupart du temps, tu l'auras compris, j'invente, généralement pour faire plaisir à la personne qui me la demande.

En voici plusieurs qui respectent, plus prou que peu, le nombre de lignes.

Sinon, il y a celle-là en ligne:Et celle-là mais elle est trop longue, j'en conviens

Philippe De Jonckheere, né en 1964, photographe, graphiste, auteur du site internet www.desordre.net, biographe du photographe Robert Frank.

Philippe De Jonckheere, né à Paris en 1964, photographe, graphiste, auteur du site www.desordre.net, travaille également en collaboration avec des musiciens en vidéo projection, informaticien, entraîneur de rugby, peintre en bâtiment, gardien d'écluse sur le Canal de Bourgogne, rayez les mentions inutiles.

Phlippe De Jonckheere, né en 1964, auteur du site www.desordre.net

Philippe De Jonckheere, 1964, 1967, 1986, 1988, 1993, 1999, 2000, 2004, 2010, 2014, 2016, 2064

Philippe De Jonckheere, passionné d'informatique mais contraint de travailler dans la photographie et le graphisme et, in fine, dans l'écriture de romans, pour faire bouillir la marmite.

Philippe De Jonckheere, né en 1964, encore en vie quelques temps.

Philippe De Jonckheere, naissance en 1964, diplômé des Arts Déco en 1990, crée le site Désordre en 2000, depuis, pas grand-chose. S'occupe beaucoup de ses enfants, nombreux.

Philippe De Jonckheere, biographe du photographe Robert Frank (qui a photographié sa mère dans la rue quand cette dernière avait dix-onze ans), depuis, écrit des romans.

Philippe De Jonckheere, né en 1964, n'a pas obtenu le succès escompté dans la photographie, du coup se recycle tardivement dans l'écriture de romans.

Aidez Philippe De Jonckheere à sortir de l'open space dans lequel on le retient prisonnier 35 heures par semaine: achetez ce livre.

Philippe De Jonckheere, né en 1964, apprend la photographie au service militaire, et la discipline dans une école d'art à Chicago, assistant des photographes Robert Heinecken et Barbara Crane, n'en fait qu'à sa tête ce qui ne donne rien de bon, informaticien pour faire bouillir la marmite, profite des horaires nocturnes de son travail pour écrire.

Philippe De Jonckheere, né en 1964, pour plus d'informations, pas toutes vérifiées, consultez www.desordre.net

Philippe De Jonckheere, né en 1964, lit aujourd'hui, à 52 ans passés donc, le Traité de la ponctuation française de Jacques Drillon et promet de faire mieux, la prochaine fois. (véridique)

Je ne comprends pas pourquoi cette question de la biographie me remplit de perplexité. J'en suis désolé. Je vais encorer chercher.

Amicalement

Phil



Mathieu

La nuit porte conseil, surtout les miennes, pendant lesquelles je suis particulièrement actif, et, donc, je te propose cette nouvelle salve, dont je pense qu'elle est plus raisonnable

Philippe De Jonckheere, 1964 - 2064

Philippe De Jonckheere, né en 1964, artiste, auteur du site www.desordre.net, biographe du photographe Robert Frank.

Philippe De Jonckheere, né en 1964, artiste multi media, dont on peut appréhender l'étendue désordonnée du travail sur le site internet www.desordre.net, Une fuite en Egypte est son premier récit qui tient en une seule phrase longue de plusieurs centaines de pages.

Philippe De Jonckheere; né en 1964; artiste multi pistes dont on peut appréhender l'étendue désordonnée du travail sur le site internet www.desordre.net; Une fuite en Egypte est son premier récit fictif.

Il me semble que la dernière est la plus neutre, en revanche je butte sur cette notion de création d'un horizon d'attente. Mais je veux bien apprendre.

Amicalement.

Phil


Se pose, ensuite, la question de l'image de couverture

Mathieu

"Philippe De Jonckheere est né en 1964. Artiste multi-pistes dont on peut appréhender l'étendue désordonnée du travail sur le site internet www.desordre.net, il est aussi l'auteur d'une biographie de Robert Frank. Une fuite en Egypte est son premier récit fictif" est parfait de mon point de vue, je n'aurais pas fait mieux si j'ose dire.

Non, je ne tenais pas particulièrement au carnage mécanique, plus à la photo de Weegee, parce que c'est une des images qui est mentionnée dans le livre. De même s'agissant d'accident de voitures, il y a les nombreuses toiles d'Andy Warhol sur le sujet qui sont également mentionnées dans le récit, mais j'imagine que cela doit être coton aussi pour ce qui est des droits d'auteur.

Je pars tout à l'heure à Autun, où se trouve la tête de chapiteau représentant la Fuite en Egypte qui est mentionnée également dans le texte, je peux essayer une énième fois d'en faire une image, sinon j'ai déjà celle-là (voir fichier joint) que j'aime beaucoup, mais c'est peut-être un peu direct par rapport au titre.

Parmi les références également mentionnées dans le livre, il y a Cy Twombly (peintre de prédilection de Suzanne) auquel je pense pour une certaine image du ressassement, je te joins le fichier également, mais je n'ai évidemment aucune idée de ce que cela implique en termes de droits, aussi bien la démarche que la somme à débourser.

Il y a évidemment cette photographie de Robert Frank, la dernière des Américains, cette image de la mère et de ses deux enfants endormis, dans une voiture. Et du même photographe, RF, celle de la route américaine par excellence, ou encore celle de la ligne blanche.

Il est fait mention deux fois, et c'est à mon avis important, de la Grande galerie de l'évolution et des animaux empaillés, quelques-unes de mes photographies de cet endroit (voir fichiers joints), et du coup, on peut changer la phrase extraite en : " ;ça s'appelle de la taxidermie ; c'est un mot compliqué mais essaye de le retenir ; pourquoi on ne fait pas de la taxidermie avec maman ; mais Zoé on ne fait pas de taxidermie avec les êtres humains ; je vois que tu comprends désormais très bien les enjeux de la taxidermie ; mais ; vois-tu ; on n'empaille pas les gens ; même les grandes personnes ; même avec les grandes personnes ; même les grandes personnes qui sont très vieilles et qui vont bientôt mourir ; oui ; Zoé ; même les très vieilles personnes ; mais après tout ; pourquoi pas ; Zoé avait raison ; est-ce que le fait de ne pas vouloir garder sa mère empaillée chez nous ; ce renoncement donc ; ne s'apparentait-il pas à une forme de consentement ; d'abandon coupable ; de terrain lâché un peu vite devant la mort ; et tenez ; oui ; finalement ; si nous avions eu cette idée à temps ; maintenant ; incinérée ; et les cendres dispersées ; c'était un peu tard ; dans quelle pièce ferions-nous siéger la momie ; "

ou plus court: "ça s'appelle de la taxidermie ; c'est un mot compliqué mais essaye de le retenir ; pourquoi on ne fait pas de la taxidermie avec maman ;"

Dans le texte il y a également une description assez longue du Désordre dans le garage: deux images du désordre en question.

Enfin, il est quand même drôlement question de deux femmes dans ce texte, je te propose donc ces deux images avec une présence féminine pas trop appuyée, ce qui permet de ne pas personnaliser.

Et si aucune de ces suggestions n'emballe Rémi, je suis ouvert à d'autres propositions, je peux très bien entendre que je suis bien trop près du texte pour le choix de l'image — et je ne dispose pas de sa charte graphique, sans compter qu'Une Fuite en Egypte c'est presque un peu long comme titre, sans parler de mon nom de famille et que je suis bien conscient qu'il faille tout caser (j'en profite pour te préciser qu'il s'écrit avec un D et un J majuscules, surtout pas de "d" minuscule).

Voilà Mathieu, en espérant faciliter les choses, mais conscient que je suis tout à fait capable de les complexifier.

Amicalement

Phil


Et samedi matin, au petit déjeuner, une autre idée, celle de servir d'une de ces images réalisées en collaboration avec Martin il y a une dizaine d'années.



Exercice #28 de Henry Carroll: Prenez une belle photographie qui ne suit aucune règle de composition

Série, Les images de l'accumulateur, photographie numérique