Fontenay-sous-Bois, le 88 novembre 2013,

#162.

Tu as enfin eu le courage de faire l'inventaire du désastre. En 2006 une inondation dans le garage mangeait par capilarité et autres voies d'eau lentes une bonne partie de ton travail argentique. Les quelques boîtes de tirages que tu avais trouvées baignant dans l'eau t'avaient soulevé le coeur, certaines images étaient perdues à jamais, parmi elles d'ailleurs un tirage dédicacé de Robert Heinecken, un peu plus d'un après sa mort.

De même il y avait quelques boîtes de grand format qui elles avaient été mangées par le côté, posées trop près du sol et quatre grands cartons à dessin qui contenaient rien moins que la totalité de ton travail intitulé le lent voyage, grand livre d'images qui raconte les trois années de ta vie à Chicago, c'est par ailleurs ce livre d'images qui t'avait valu d'être diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Décorateur donc.  La classe. Tu savais toutes ces images foutues et tu vivais avec elles dans ton garage, pire, assis devant ton écran, tes genoux touchaient parfois les cartons à dessin en question, mais le courage d'y mettre vraiment le nez te faisait cruellement défaut.  

Ça y est c'est fait, le courage avait une alliée vaillante, B. De grandes boîtes ayant autrefois contenu de grands tirages ont désormais pris le chemin des poubelles, à l'aide d'un cutter tu as récupéré des recadrages d'images encore indemnes, cela fait de la place c'est certain, surtout c'est une cicatrice refermée, parfaitement suturée, tu sens bien que l'infection ne viendra plus de là. D'ailleurs, le ménage et le rangement, après ce pas qui coûtait tant, progresse à une vitesse fascinante, tu as tout d'un coup de la place pour travailler dans le garage.

Et, de façon parfaitement inattendue, pour la première fois depuis le site existe, tu voudrais travailler à autre chose.

Le lendemain, ton ami Dominique vient dans le garage pour t'y proposer une nouvelle manière de travailler, un nouveau projet.

Pense à toutes les fois nombreuses finalement, où tu as manqué de courage, et pense aux regrets qui sont désormais les tiens à la pensée de ces lâchetés. Et sois désormais courageux. Lance toi.