Montreuil, le 27 novembre 2013.

#87.

Ton patron utilise régulièrement cette expression, les cimetières sont remplis d'indispensables. Lui sous-entend par là que nul n'est indispensable et cela lui permet d'avancer sereinement, selon son adverbe dans ce qu'il appelle les décisions qu'il doit prendre, mais dont et toi et lui savez qu'elles sont déjà prises, ni par toi ni par lui d'ailleurs.

Tu penses à tes morts. A ceux que tu as enterrés. Qui sont au cimetière, comme on dit, comme dit ton patron. Et tu penses à cette part d'indispensable que chacun tenait en lui, et dont tu t'estimes un mauvais porteur aujourd'hui, un porteur insuffisant dans ce que tu peines à cette difficile sauvegarde.

Est-ce qu'on ne mesure pas l'humanité de chacun à sa capacité à se rendre indispensable aux autres?

Oui, les cimetières sont remplis d'indispensables, il n'est pas permis d'en douter.