Montreuil, le 38 novembre 2013, le Bouchet de la Lauze, le 209 octobre 2013.

#76.

Une drache de tous les diables le midi, à l'heure à laquelle je me rends habituellement sur mon petit banc abrité des regards à quelques encablures seulement de mon travail pour y faire une petite demie-heure de lecture, une pluie torrentielle donc m'a contraint à trouver refuge pour lire dans ma voiture garée dans le deuxième sous-sol de la Très Grande Entreprise, et, la banquette arrière agrémentée d'un très beau plaid que m'a fabriqué B. m'a accueilli pour bien davantage qu'un peu de lecture puisque j'y ai fait une sieste d'un quart d'heure à l'issue de laquelle je me suis senti, comme chaque fois en pareil cas, notamment dans les Cévennes, garanti du grand jour par les volets rouge basque, régénéré, neuf.  

Ce n'est cependant pas la stridence des cigales ou encore les pas des enfants dans la pièce en dessous qui m'ont tiré de cette somnolence féconde, mais les passages successifs des voitures des commerciaux qui revenaient de leurs déjeuners d'affaire.

Est-ce que faire la sieste c'est Contre? Puisque c'est caché, en quelque sorte, dans le ventre même de la Très Grande Entreprise, j'imagine que oui, c'est Contre. Surtout pour retrouver, la tête enfouie dans le plaid, presque évanouie entièrement, une très légère odeur de citronnelle, comme sur les bords de la Cèze.

Oui, maintenir une odeur de citronnelle dans le parking souterrain de la Très Grande Entreprise, c'est Contre.