Vaumale, le 12 novembre 2013

#32.

 


Tu voudrais, comme cela, toute l'après-midi peut-être pas, mais davantage que ce que tu ne fais, cela sûrement, pouvoir continuer d'ouvrir une nouvelle fenêtre de mail pour t'envoyer un nouveau paragraphe de Contre. Mais cela ne fonctionne pas comme cela, ce serait trop facile. Te levant de ton petit banc abrité des regards à quelques encablures seulement de ton travail, ou, tout aussi bien, en revenant de faire ton kilomètre à la piscine, tu peux en écrire deux ou trois, parfois quatre, cinq c'est arrivé une fois, le petit banc et la piscine te donnent cet élan, mais davantage, non, ce n'est vraiment pas possible. Non que tu n'aies pas déjà essayé, ne serait-ce que par désoeuvrement, ou, plus sûrement pour distraire ton ennui, mais la source, c'est dire si elle est modeste, est vite tarie.

Et tu sais, depuis toujours, qu'il ne faut jamais trop tirer sur les sources modestes. Sans courir le risque de les assécher définitivement.

Va donc prendre un café dans un gobelet de plastique brun ou croque dans une pomme mais ne commets pas l'imprudence de trop essayer.

Contre c'est ne pas trop tirer d'eau chaque jour.