A quoi tu penses?

Je regrette de m'être laissé attirer dans cette conversation avec ma voisine dans le train, j'aurais du prendre un air terriblement renfrogné, pas nécessairement inamical, juste très concentré, ou faire semblant de dormir tout en écoutant I fall in love too easily, mais voilà je suis désormais englué dans cette conversation qui m'intéresse peu, dont je n'entends pas grand chose non plus, j'entends mal et tout m'est dit sur le ton de la confidence, je peux difficilement demander à cette dame de parler plus fort pour ce qu'elle à me dire, et, depuis le début de cette conversation je sais qu'elle va à Vichy, donc je ne cesse de penser que je ne pourrais pas retourner à ce travail de relecture des pages imprimées du bloc-notes avant la fin de ce voyage. Je ne peux las lui en vouloir, elle ne peut pas savoir que les voyages en train sont pour moi habituellement des périodes très laborieuses, et privilégiées, pendant lesquelles je mets à contribution l'immobilité forcée pour lire, écouter de la musique, relire mon manuscrit, écrire et si je disposais d'une batterie d'ordinateur portable suffisamment résistante pour cela, nul doute que je travaillerais sur les pages du site, que je n'aurais plus qu'à transmettre en arrivant au travail, profitant de la connexion ultra rapide pour faire du ftp éclair.

Je n'en veux pas à cette femme qui semble souffrir d'une situation très pénible et dont je peux voir sans même qu'elle ne m'en parle beaucoup qu'elle a connu une vie pleine de douleurs.

Ce qui m'amuse c'est qu'elle soit psychologue. Mais elle n'est pas très psychologue pour ne pas s'apercevoir, ou feindre de ne pas le voir, que chaque fois qu'elle va aux toilettes, je replonge de façon très studieuse dans mon manuscrit, mais chaque fois elle reprend notre conversation là où elle l'a laissée.

Ma seule récréation finalement, c'est de lui demander de prendre congé de notre conversation le temps de prendre des photos de la centrale nucléaire de Neuvy-sur-Loire, ce qui naturellement attise sa curiosité, du coup je suis contraint de lui expliquer le principe de cette série d'à quoi tu penses?

Ses yeux pétillent, elle me demande alors à quoi pensez-vous? Je peux difficilement lui répondre. Je suis contraint de bredouiller un mensonge, une fiction. Les gens des fois.